Appel à participer à une enquête nationale sur les phénomènes de rupture de liens entre parents et enfants après une séparation

Date

Appel à participer à une enquête nationale sur les phénomènes de rupture de liens entre parents et enfants après une séparation

Vos partages sont notre meilleur soutien !

Temps de lecture : 3 minutes

Mise à jour du 3 février 2024

Nous remercions l’ensemble des personnes qui ont participé à l’enquête et au questionnaire. Nous entrons en phase de traitement des informations, selon les règles établies. Nous tenions à vous informer que tous les participants recevront une synthèse des résultats. Une première approche de l’ensemble des témoignages reçus nous permet d’ores et déjà de vous informer que nous sommes face à un phénomène de société qui prend de l’ampleur, insuffisamment pris en compte par les pouvoirs publics et les organismes chargés de la protection de l’enfance.

Plusieurs témoignages sont lourds de sens et démontrent l’importance d’un changement de regard sur le sujet, dans l’intérêt premier des enfants. Bon courage à tous.

Sébastien Tertrais

Rappel du contexte de l’enquête

Des séparations de plus en plus nombreuses

Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, “Depuis le début des années 2010, 425 000 séparations conjugales (divorces, ruptures de PACS ou d’union libres) ont lieu en moyenne chaque année et environ 379 000 enfants mineurs expérimentent la rupture de l’union des adultes qui en ont la charge.“. De plus en plus de couples se séparent1.

Fin 2014, 1,4 million d’adultes de 18 à 24 ans avaient leurs parents séparés, et dans près de neuf cas sur dix les enfants ont essentiellement grandit auprès de leur mère2. Plusieurs raisons expliquent cette situation, notre culture, bien évidemment, mais aussi l’éloignement géographique, les revenus, la typologie de l’emploi, la façon dont les pères se sentent investis dans le lien avec leurs enfants3.  En 15 ans, le nombre de ruptures a bondi de 63%. Après le divorce 1 enfant sur 4 ne voit plus jamais son père 4. Le phénomène touche aussi les mères, mais il est insuffisamment documenté.

Il s’agit d’un fait de société qui se développe, avec des conséquences parfois dramatiques lorsque les enfants grandissent sans plus jamais voir leur père ou leur mère.

Grandir sans voir un de ses parents

Après avoir publié un premier article autour des conflits de loyauté, phénomènes d’emprise ou syndrome d’aliénation parentale qui peuvent dans certains cas intervenir après une séparation, j’ai découvert que des mouvements activistes étaient à la manœuvre pour nier l’existence de l’aliénation parentale. J’ai décidé de mener l’enquête et publié ce nouvel article afin de tenter de redonner toute la légitimité aux acteurs de la prévention de l’aliénation parentale, qui œuvrent depuis de nombreuses années auprès des parents concernés, et d’appeler à la prudence sur les méthodes malhonnêtes de certains universitaires dont on peut s’interroger sur les motivations et les compétences.

J’ai pris la décision de poursuivre l’enquête. Ce travail dépasse la seule question de l’aliénation parentale et touche de fait à l’importance de la préservation des liens parentaux, lorsque, bien entendu, aucune situation de maltraitance n’est avérée. Il fera l’objet d’une prochaine  publication au travers d’un livre en cours d’écriture, avec des révélations importantes qui devraient permettre de changer la donne et de bien comprendre en quoi il s’agit d’un enjeu de société d’importance majeure.

Une enquête nationale sur les phénomènes de rupture de liens entre parents et enfants après une séparation

Afin d’aider à mieux identifier les situations qui peuvent conduire à une rupture des liens entre un parent et un ou plusieurs enfants après une séparation, il est apparu important de recueillir l’avis des premiers concernés au travers d’un questionnaire élaboré depuis des entretiens conduits auprès de parents qui ne voient plus leurs enfants depuis leur séparation, et d’enfants devenus adultes ayant étés dans une situation non désirée d’éloignement ou de rupture.

Précautions

Afin de garantir la fiabilité du jeu de données, il était nécessaire que la passation du questionnaire soit limitée aux seuls parents concernés, c’est à dire ceux qui ne voient plus leur(s) enfant(s) après une séparation, que ce soit de façon volontaire en raison d’une profonde dégradation de la relation, ou subie, au travers d’un rejet non justifié de la part d’un ou des enfants. Dans un premier temps, nous vous invitons à vous préinscrire en suivant ce lien. Votre prénom, votre adresse mail et votre numéro de téléphone garantissent le fait que le questionnaire ne sera rempli que par des personnes qui existent vraiment ainsi que de limiter les répondants aux seuls concernés. Les réponses seront anonymisées, strictement confidentielles. Cette déontologie que nous appliquons à toutes nos enquêtes est un des piliers de notre méthode de travail, il en va de la fiabilité du recueil des données et de la confiance établie avec tous.

À partir du 15 janvier 2024 les premiers inscrits recevront par mail un code d’accès confidentiel et à usage unique qui permettra de compléter le questionnaire dont le lien vous sera aussi envoyé. La date limite de participation est fixée au 31/01/2024.

Nous vous remercions vivement de diffuser cet article autour de vous, de nombreuses personnes sont concernées et souffrent d’ailleurs souvent en silence, le sujet étant tabou.

 

  1. Divorce et rupture: portrait-robot de la France qui se sépare[]
  2. Drees, 29 juin 2018, Études, travail, logement : comment les enfants de parents séparés entrent dans l’âge adulte ?[]
  3. Quand la séparation des parents s’accompagne d’une rupture du lien entre le père et l’enfant, Arnaud Régnier-Loilier, Dans Population & Sociétés 2013/5 (N° 500), pages 1 à 4. Cairn Info.[]
  4. Après le divorce des parents, un quart des jeunes ne voient plus leur père[]

Vos partages sont notre meilleur soutien !

Plus
d'articles