NBNS, une entreprise novatrice qui n’existe plus
Hermès Énergie

Date

NBNS, une entreprise novatrice qui n’existe plus

Vos partages sont notre meilleur soutien !

Temps de lecture : 4 minutes

NBNS était ma première entreprise. Comme tant d’autres, je m’intéresse et je m’implique depuis longtemps sur des enjeux d’importance majeure, après avoir analysé le fond. Petite confidence, en 1998 j’ai réservé le nom de domaine covoiturer.com afin de promouvoir le covoiturage et ainsi de participer à diminuer nos émissions de CO2. Nous étions aux débuts du web grand public, et un peu trop tôt pour ce marché.

Nous sommes nombreux à avoir anticipé la crise énergétique que nous rencontrons aujourd’hui. Pour les plus curieux d’entre vous, la Commission d’enquête visant à établir les raisons de la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France a permis de faire le point sur ce dossier. Malheureusement, depuis près d’une vingtaine d’années déjà, on laisse trop de place à la parole des militants et les activistes, qui doivent leurs certitudes à leurs toutes petites connaissances, d’où de graves dérives.

J’ai créé NBNS en 2006, à 32 ans, après une solide expérience acquise dans le secteur parapublic où j’ai exercé en qualité de directeur d’organismes délégataires de services publics. D’abord bureau d’études sociologiques et économiques, NBNS est dès 2009 devenue une SSI éditrice d’une application full web de gestion des équipements à vocation d’hébergement temporaires, prénommée Hermès. Hermès avait pour première cible des collectivités et entreprises chargées de la gestion des aires d’accueil des gens du voyage. Monde méconnu s’il en est, très peu d’acteurs étaient engagés sur ce dossier que je connaissais depuis 1993.

En 2013 Hermès équipait près de 400 collectivités, soit directement, soit via des sociétés de gestion de ces équipements (SAUR, Véolia, …), et près de 4 000 compteurs d’eau et d’électricité répartis sur toute la France étaient reliés à l’application en temps réel (granularité de 500 millisecondes) pour le comptage des fluides et la commande des ouvertures et des fermetures des compteurs. Hermès était la seule application du marché de la GTC1 à être capable de communiquer avec tous les automates industriels du marché, tous constructeurs confondus. Nos clients avaient besoin de lutter contre le gaspillage des énergies, ce que permettait de réaliser Hermès.

Nous avons constaté une diminution importante des consommations d’électricité et d’eau. Chaque utilisateur final disposait d’un accès à son compte, ce qui lui permettant d’être plus attentif à ses consommations. Les enfants eux-mêmes devenaient acteurs d’une consommation plus intelligente.

Les enjeux environnementaux

Conscient depuis de nombreuses années des effets de l’activité humaine sur les émissions de Gaz à effet de serre et des conséquences sur le dérèglement climatique, j’ai vu en Hermès la possibilité d’accompagner la transition énergétique, dossier sur lequel je travaillais déjà depuis quelque temps avec un autre collègue via l’entreprise Kereneo que nous avons créé en 2009. Nos analyses avaient montré que sans une diminution importante de nos consommations d’énergie, la mise en place d’un réseau intelligent de gestion d’électricité produite localement et un maintien, voire un renforcement du nucléaire, il serait impossible d’atteindre les objectifs fixés en 2009 par la Conférence internationale sur le climat à Copenhague, renforcés en 2010 par la Conférence des Parties à Cancun (COP16). Les objectifs de diminution de la part du nucléaire aggravaient par ailleurs cet enjeu, une décision prise sous pression des militants écolos, ignorants de bien des réalités, qui avaient depuis des années cassé la perception du nucléaire. Je vous invite à découvrir cet article qui met les pieds dans le plat sur l’origine méconnue du mal.

Quoi qu’il en soit avec un ami, nous avons créé Kereneo dans le but de produire et de distribuer de l’électricité localement, à l’appui notamment des agriculteurs, dont les exploitations maillent efficacement le territoire. Là encore, nous étions trop en avance. J’ai mis du temps avant de comprendre la notion de Time to market, et encore plus avant de bien comprendre le rôle délétère des activistes et leur capacité à infiltrer de nombreuses organisations.

Kereneo. Thierry Le Bihan - Sébastien Tertrais

Hermès Énergie, un important projet de développement

Forts de notre expérience en termes de gestion des consommations et d’automatisation des process d’ouverture et de fermeture des compteurs, j’ai orienté l’entreprise vers le dossier de l’énergie, avec comme première cible les professionnels titulaires des tarifs jaune et bleu pro auprès de EDF. À cette époque, seul le levier financier permettait d’agir, rares étaient ceux qui avaient pris conscience du rôle de l’activité humaine sur le changement climatique.

En 2012 le marché national de l’électricité représentait environ 40 milliards € (480 TWh). La part de la consommation du marché que nous visions, les entreprises multisites, représentait 30% de ce marché, soit 12 milliards €. Sur notre cible, nous estimions qu’entre la massification d’achat et les réductions de consommation, les économies pouvaient atteindre 15 % par an, soit un volume d’approximativement 2 milliards €. La répartition de ce gain, selon nos projections, était la suivante : 30 % revenait aux différents acteurs du marché de l’efficacité énergétique et 70 % aux entreprises. Nous nous adressions à un marché d’approximativement 700 millions € annuels pour les acteurs du marché de l’efficacité énergétique, de quoi avoir un premier appui avant de sensibiliser les citoyens à des façons plus vertueuses de consommer l’énergie.

Ce projet a malheureusement fait long feu. Le marché n’était pas près, je manquais de liquidités, j’ai été contraint de céder mon entreprise en 2015. C’est Seifel, basé à Saint-Malo, qui a pris la suite. Bien des difficultés ont suivi, j’en parle dans cet article.

Conscient que nous manquions tous ou presque de connaissance, j’ai publié le premier épisode du podcast “10 seconde avant minuit”, “L’Homme sur Terre“, afin de replacer l’humanité dans son contexte. L’enjeu est d’aider à prendre du recul, de bien comprendre que l’homme bouleverse le climat par son mode de vie, et qu’il convient d’agir avec prudence, pédagogie, car nous sommes dans un monde complexe, interdépendant, et que nous pourrions vite sombrer dans le chaos en prenant de mauvaises décisions.

Contactez-moi si vous souhaitez avoir des informations plus précises sur ces sujets.

  1. Gestion Technique Centralisée[]

Vos partages sont notre meilleur soutien !

Plus
d'articles